• Les Jardins Reconnaissants

Portrait de Vincent

Mis à jour : 12 févr. 2019


Découvrez Vincent, animateur en agroécologie, fondateur et président de l'association Les Jardins Reconnaissants !


A la découverte des jardins d'automne

Qui es-tu ?


Vincent, 39 ans. Animateur en agroécologie, fondateur et président de l’association Les Jardins Reconnaissants.



Quel chemin t’a mené à la création de l’association

Les Jardins

Reconnaissants ?



Une prise de conscience en 2013 : celle de donner du sens à ma vie, de renouer le contact avec moi-même et mon environnement. J’ai travaillé pendant plus de dix ans sur Paris dans un milieu austère et anxiogène dénoué de sens. J’ai quitté boulot, appartement, amis… et me suis installé au pays basque avec la joyeuse intention de m’écouter et d’être ouvert, disponible à la moindre rencontre.

A Bayonne, j’ai croisé les membres d’une association qui m’ont invité à les rejoindre pour jardiner et (re)créer du lien partout où ils passaient. J’ai toujours vécu en appartement et n’avais jamais mis les mains dans la terre auparavant. Je découvrais le jardinage pour la première fois.

Avec cette association, Graines de Liberté, je participais alors à la co-création de jardins partagés dans les quartiers nord de la ville et découvrais la permaculture, l’agroécologie, des personnes bienveillantes, des jardiniers expérimentés, des avant-gardistes, des poètes mais aussi des gens isolés, mal nourris, sans ressources, sans liens… C’était vers ces derniers que nous nous tournions en leur proposant de co-créer des espaces de cultures au pied de chez eux.

J’intervenais dans les quartiers populaires et en milieu scolaire, pour sensibiliser la jeune génération au jardinage naturel, respectueux de l’environnement et de la biodiversité. Nous jardinions… je me formais sur le terrain.

Les membres fondateurs de cette association m’incitèrent à suivre une formation chez Terre & Humanisme en 2015, association fondée par Pierre Rabhi et en octobre de la même année, je suis officiellement devenu animateur en agroécologie.

Puis en janvier 2016 je quittais Bayonne et débarquais à Mont-de-Marsan. Reconnaissant de tout ce qu’on m’avait transmis, je décidais de fonder ma propre association, de continuer sur cette même dynamique : échanger, sensibiliser, fédérer, créer, donner du sens, partager, aimer, jardiner…et cette fois-ci, dans les Landes.



Quel est le projet de l’association ?



Le projet de l’association est de sensibiliser et de transmettre ces valeurs à tout public. L’agroécologie est le mariage idéal entre l’agriculture et l’écologie. Comme le dit si bien Pierre Rabhi, « L’agroécologie, c’est l’art de coopérer avec le vivant. » L’objectif, c’est de libérer l’homme de son égo-système et de le réintégrer à l’Écosystème, dans lequel règne un équilibre parfait entre les êtres vivants : les végétaux, les animaux, le minéral et l’humain…sans domination aucune de l’un sur les autres.

Le jardin potager est un outil et un lieu idéal pour cela. Grâce à cette harmonie retrouvée, de nombreux maux de notre société peuvent être annihilés… Et si aujourd’hui, nous nous demandons comment nourrir l’humanité de demain, la réponse est là. Il suffit de rétablir ce juste équilibre.

Par nos interventions et nos animations, nous faisons en sorte que les êtres humains se réconcilient avec la nature mais aussi avec eux-mêmes afin qu’ils prennent conscience qu’ils ont un rôle à jouer, des atouts à faire valoir et à partager.

C’est une aventure humaine et une rencontre de tous les instants avec le vivant. Nous proposons donc de co-créer un maximum de jardins potagers : dans les quartiers, écoles, lieux publics, privés…et d’inciter les gens à collaborer avec la nature au lieu de lutter contre elle, la dénigrer ou de l’exploiter à des fins mercantiles. Nous militons pour proscrire les intrants chimiques en proposant de les remplacer par l’observation et l’accompagnement du monde sauvage, si utile à notre existence.

En permaculture, on dit souvent : « Prendre soin de la terre pour nourrir les hommes. » C’est ce que nous mettons en avant dans nos ateliers au potager agroécologique…et nous insistons aussi sur le fait de « Nourrir la terre pour prendre soin des hommes. »




Découverte de la butte en lasagne - Agenda Nature 2018

Quel est ton rôle au sein de l’association ?



Animer et fédérer avant tout… Que ce soit dans la gestion des projets en interne avec l’équipe et la réalisation de ceux-ci sur le terrain. Donner la parole à tous et la valoriser dans l’action.






Qu’est-ce que t’apporte ton engagement ?



Du temps pour les autres et pour moi. Cet engagement me permet de me reconnecter à la nature, à moi et aux autres. C’est un juste équilibre enfin trouvé et un plaisir à partager au quotidien. Cela m’apporte du réconfort aussi, de voir de plus en plus de monde nous rejoindre, découvrir de belles personnes enthousiastes à l’idée de partager leur savoir faire, leur savoir-être et leurs projets avec nous, avec d’autres. J’apprends beaucoup et ne cesse d’être en demande.



Un souvenir marquant ?



Il s’agit du jour où Thibault et moi, avons participé à une réunion de préparation de l’Agenda Nature 2018 de Saint-Pierre-du-Mont, organisée par Agnès Capitain responsable des Espaces Verts de la ville.

Nous nous étions mis d’accord avec Thibault de demander à Agnès ce jour-là, si il était possible que la ville nous mette à disposition un terrain pour créer un potager agroécologique et y animer nos ateliers de jardinage. C’était le jour idéal pour lui demander. La réunion terminée, nous nous tenions prêts à lui exposer notre projet mais Agnès nous devança et nous proposa de rester car elle désirait nous parler. Cela tombait bien, nous aussi...

Elle savait que nous étions à la recherche d’un endroit pour accueillir une grainothèque. Ce qui était le cas car nous étions effectivement, en quête d’un lieu public afin d’y proposer des échanges de graines reproductibles entre jardiniers et passionnés. Cela faisait parti de notre projet. Agnès nous proposa d’en parler aux élus. Chouette.

Elle enchaîna par une autre proposition qui était celle de nous allouer un terrain aux jardins familiaux, près du parking, dans le but de sensibiliser les habitants de Saint-Pierre-du-Mont à nos techniques de jardinage naturel et à la permaculture. Elle voulait savoir si nous étions intéressés…

A ce moment là, Thibault et moi n’avions qu’une seule envie : prendre Agnès dans nos bras ! Depuis ce jour, nous avons à disposition un terrain de 700m2 aux jardins familiaux où nous animons des ateliers et des chantiers participatifs, ouverts à tous. Quant à la Grainothèque, elle siège au Forum de la Culture et des Loisirs de Saint-Pierre-du-Mont et de nombreuses graines reproductibles y sont déposées et emportées quotidiennement par ceux et celles qui désirent semer et partager la vie.

Ce souvenir est marquant car il s’agit là d’une belle collaboration, d’un partenariat reconnaissant. Merci Agnès d’avoir lu dans nos pensées et d’avoir permis à ces deux projets de voir le jour. Merci à la mairie de Saint-Pierre-du-Mont de s’inscrire dans cette dynamique de réconciliation avec le vivant.



Inauguration grainothèque - Mairie de Saint-Pierre-du-Mont - Mars 2018

Que préfères-tu dans ton rôle de bénévole ?



Animer des ateliers de jardinage collectif, intervenir en milieu scolaire et auprès d’organismes médico-sociaux en proposant une reconnexion à la nature par l’intermédiaire du jardinage. Être en contact avec le vivant : voir un enfant m’interpeller au potager car il a repéré une larve de coccinelle sur un pied de moutarde m’invite à continuer dans cette voie, celle de permettre la rencontre de ces trois êtres vivants, au même moment et avec le même objectif : cohabiter et travailler ensemble.



Un mot pour l’équipe, les partenaires et bénévoles actuels et futurs ?



Ce seront deux citations. Elles véhiculent chez moi de l’optimisme et une volonté de continuer à proposer aux gens de sortir de chez eux, de les inciter à partager leurs richesses, leurs envies, leurs passions ou leurs projets mis de côté…

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » de Mark Twain

« L’utopie n’est pas l’irréalisable mais l’irréalisé. » de Théodore Monod

Ces deux citations vont dans le même sens.


Alors je dirais à tous : « C’est ici et maintenant, jardinons ! ».


Vincent





©2019 by Les Jardins Reconnaissants. Proudly created with Wix.com